Lettre d’information

meta

Développer l’autonomie et l’insertion professionnelle des jeunes parisiens de 16 à 25 ans

#summercamp #possiblecamp : 13 jeunes femmes accompagnées par Paris Pionnière pour la création d’activité

#summercamp #possiblecamp : 13 jeunes femmes accompagnées par Paris Pionnière pour la création d’activité

13 jeunes femmes suivies par la Mission Locale de Paris ont eu la chance d’être accompagnées et coachées pendant trois jours par Paris Pionnière pour tester leur potentiel d’entrepreneuse.

 

 

Le programme s’est déroulé du 18 au 20 juillet dans les locaux de Paris Pionnières, rue du sentier, en plein cœur de la capitale. Les porteuses de projet ont assisté à une série d’ateliers sur la thématique de l’entrepreneuriat qui leur permettent d’acquérir les connaissances nécessaires à la mise en pratique et au lancement de leur idée : se connaître, acquérir des compétences et les renforcer, passer de l’idée à la mise en pratique.
 
Le dernier jour, les participantes ont présenté leur projet devant un jury d’experts du réseau Paris Pionnières au cours d’une session de pitch. Marie Diop, la gagnante, à remporté un accompagnement dédié de septembre à décembre 2017 (un mentorat par une entrepreneure, 5 ateliers sur un domaine d’expertise de son choix, 3 rdv individuels de 1h avec différents experts : 1h sur la Vision et le Design d’offre, 1h sur le Business Model et 1h sur la partie chiffrées, Business Plan et Finances).
Paris Pionnière a souhaité offrir une suite à chaque jeune femme en leur offrant la possibilité de participer à deux sessions d’ateliers de leurs choix.
Interview de Marie DIOP
Lauréate du #possiblecamp à Paris Pionnière

 

 

 

Peux-tu te présenter ?

 

Je m’appelle Marie Diop, j’ai 21ans. J’ai obtenu un Bac Professionnel ARCU (Accueil Relation Clients et Usagers) puis j’ai ensuite enchaîné les petits boulots comme réceptionniste ou hôtesse d’accueil. J’ai tenté de me réorienter pour être auxiliaire vétérinaire mais les formations que j’ai trouvées se situaient à des distances géographiques trop éloignées de chez moi. J’ai donc abandonné l’idée.

 

Qu’est-ce qui t’as amené vers le monde de l’entreprenariat ?

 

Dans le commerce, je n’arrive pas à dénicher le produit qui me correspond et qui me plaît. Étrangement, la France est le pays du romantisme et du charme mais on ne trouve pas le type de fleur que je veux or qu’il est possible d’en trouver à l’étranger.

Je me suis donc dit « Ben pourquoi je le ferai pas ? ». Et tout est parti de là.

 

Qu’as-tu pu en tirer de ces trois jours ?

 

Ils ont été très bénéfiques ! Quand j’ai commencé la session mardi, je ne connaissais rien au monde de l’entreprenariat. Je ne connaissais absolument pas la signification, par exemple, d’un business plan. Et là justement, en 3 jours j’ai acquis une maturité et une connaissance que je trouve tout simplement, magique !

 

Quel fut ton atelier préféré ?

 

« Faire rêver avec son pitch ». Je trouve cela très important car c’est par notre discours que nous pouvons amener le public dans notre univers. Cela prend un certain temps, il faut pouvoir se mettre dans le personnage de l’entrepreneure et donc entreprendre.

 

Peux-tu nous expliquer ton projet ?

 

Mon projet c’est de créer une entreprise de livraison de boîte florale, plus précisément le concept de « rose éternelle », c’est-à-dire le processus de stabilisation des fleurs grâce à la glycérine. Ainsi il sera possible de détenir des fleurs comme figées dans le temps pendant plusieurs mois.

 

 

Interview réalisé par Ludwig Clem